Les principaux troubles cognitifs

 

Handicap cognitif et classification des troubles cognitifs :

Il est important de noter que le handicap cognitif est inscrit dans le préambule de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances,  pour la citoyenneté des personnes handicapées,  définissant le handicap :

«Constitue un handicap au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielle, mentale, cognitive ou psychique, d’un polyhandicap ou d’un trouble de la santé invalidant. »

                Classification des troubles cognitifs qui sont sources de situations de handicap :

Les troubles cognitifs globaux : ces troubles se manifestent au tout début du développement et perturbent globalement les fonctions cognitives. Il s’agit des retards mentaux et déficiences intellectuelles ;

Les troubles cognitifs spécifiques développementaux (qui occasionnent des troubles spécifiques des apprentissages): ces troubles apparaissent au cours du développement de l’enfant et persistent à l’âge adulte.

Ils peuvent être spécifiques d’une ou plusieurs activités : développement du langage oral ; acquisition du langage écrit ; développement du geste et/ou des compétences visuo-spatiales ; des processus attentionnels et des fonctions exécutives ; des capacités mnésiques ; des activités numériques.

Les troubles cognitifs acquis : ils incluent tous les troubles résultant d’une lésion cérébrale, quelque soit l’âge de survenue et l’étiologie (traumatisme crânien, accident vasculaire, anoxie). Ces troubles sont caractérisés par une survenue brutale, un accident, comme une rupture dans l’histoire personnelle d’un individu.

Ces troubles peuvent affecter plusieurs activités : le langage (aphasie, alexie, agraphie) ; les activités numériques (acalculie) ; la programmation et l’exécution motrice (apraxie) ; l’identification des visages, parties du corps, objets, sons, etc (agnosie) ; la capacité à percevoir la totalité de son corps (héminégligence) ; les compétences mnésiques (amnésie) ; le contrôle des actions (syndrome dysexécutif).

Les troubles envahissants du développement : d’origine neuro-développementale et présents dès la petite enfance. Ils sont définis par la présence conjointe de perturbations des capacités relationnelles, de communication, d’intérêts restreints et de comportements stéréotypés. Les différentes formes d’autisme font partie de cette classe de troubles cognitifs.

Les troubles cognitifs évolutifs de l’adulte : il s’agit des pathologies évolutives (pathologies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer ; pathologies inflammatoire comme la Sclérose en plaque ; certaines maladies infectieuses comme le Sida).

Ces troubles peuvent affecter diverses activités : la mémoire, le langage et la communication, les praxies (programmation et exécution motrice de certains gestes), les gnosies (capacités à reconnaître quelque chose, quelqu’un ou son propre état), les fonctions exécutives (capacité à planifier, mettre en œuvre et contrôler une action).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *